PLUTONIUM «Vanité des hommes perdus au delà des mers et du ciel,

Profusion de poussières d’argent dans l’espace écumant,

Concentration de matière, expansion de l’univers ,

L’homme chahuté dérive hors du temps : astronaute fantôme, victime du big bang, fulgurances créatrices,

Trou noir où toute conscience chavire dans les illuminations stellaires,

Conquérants casqués sur lesquels se reflètent les éclairs aveuglants,

Abysses impassibles où se perdent et s’échouent les vaisseaux aux alliages métalliques,

Atomes en fusion, nos cellules vitrifiées aux frontières d’un vivant condamné à errer.

Senteurs irradiées sur l’autel nucléaire d’un parfum déconstruit.

Jouvence des corps en carbone transmués.

Appel du vide, du sans fond, du sans vie, de nos voix assourdis,

Silence permanent aux pépites de cristal.

Cycle à bout de force, de souffle et d’esprit .

Révolution accomplie dans sa totalité ou naissance du néant.

Senteurs électriques des âmes condamnées,

Parfums d’énergie dans le flot des étoiles filantes.

Fragrance noire inconnue aux narines humaines,

Chaos insondable aux intelligences communes.

Existence révolue et muette

Faire place nette à l’avenir indicible.

Le non être est, enfin ! »

Confession olfactive

concours-parfum
Notes

Tête : genièvre, baies roses, menthol – Coeur : carotte, végétal, laurier – Fond : algue, patchouli, boisé ambré, encens, mousse.